Articles

CONSACRÉE À LA PRIÈRE

Depuis quelques semaines, nous explorons les détails décrits dans Actes 2:42-47. Dans ce bref passage, on nous donne un aperçu de la vie de l’Église du premier siècle, et en particulier de ce à quoi « ils se sont consacrés. »Selon Actes 2:42, l’église du premier siècle » s’est consacrée à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et à la prière. » Nous avons déjà exploré leur dévotion à la Parole de Dieu (i.e. « l’enseignement des apôtres »), la communion fraternelle et la Cène du Seigneur (c’est-à-dire la « fraction de pain »), alors maintenant nous tournons notre attention vers les « prières », et ce n’est pas la seule occasion que l’église naissante est décrite comme étant consacrée à la prière. Après l’ascension de Jésus, les Apôtres  » se consacraient d’un commun accord à la prière  » (Actes 1:14). Plus tard, les Apôtres ont nommé sept hommes pour superviser la distribution de nourriture aux veuves afin qu’elles puissent  » se consacrer à la prière et au ministère de la parole » (Actes 6:4). Alors, qu’est-ce que cela signifie d’être dévoué à la prière?

La dévotion à la prière signifie que la prière est prioritaire.

L’église du premier siècle se réunissait fréquemment pour prier. Parcourez le livre des Actes et vous découvrirez qu’ils se sont réunis pour prier pour diverses raisons. Par exemple, l’Église s’est réunie pour prier sur des décisions importantes, telles que la décision de remplacer Judas en tant qu’apôtre (Actes 1:24). L’église s’est réunie pour prier pour le courage, en particulier après l’interrogatoire de Pierre et Jean par le Sanhédrin (Actes 4:29-30). L’église s’est réunie pour prier sur les ministères, tels que le programme de distribution de nourriture de la veuve (Actes 6:6) et la campagne d’évangélisation de Paul et Barnabé (Actes 13:3). L’église s’est réunie pour prier sur les circonstances, en particulier l’emprisonnement de Pierre (Actes 12:5) et le voyage de Paul à Jérusalem (Actes 21:5-6). L’église s’est réunie pour prier pour leurs dirigeants. Paul et Barnabé prièrent pour chaque ancien qu’ils nommèrent selon Actes 14:23 et Paul rencontra spécifiquement les anciens de l’église d’Éphèse dans le but d’encourager, d’instruire et de prier avec eux (Actes 20:36).

Ce que nous apprenons de l’Église du premier siècle en ce qui concerne la prière, c’est qu’elle est destinée à être notre première réponse et non notre dernier recours. Trop souvent, nous consultons Dieu après avoir tenté de résoudre les choses par nous-mêmes ou après avoir épuisé toutes les autres options. Mais ce n’était pas ainsi que l’église primitive pratiquait la prière. Lorsque Pierre a souligné la nécessité de remplacer Judas en tant qu’apôtre, la première réponse de l’Église n’a pas été de faire campagne pour des candidats ou de faire une liste des avantages et des inconvénients de chaque individu. Au lieu de cela, leur première réponse a été de se rassembler pour la prière. Lorsque Paul et Silas ont été mis à part pour le travail missionnaire, la première réponse de l’Église n’a pas été de faire des profils psychologiques pour voir s’ils étaient aptes à la tâche ni de mener une mission exploratoire pour savoir quelles communautés seraient les plus réceptives à l’Évangile. Au lieu de cela, leur première réponse a été de se rassembler pour la prière. Lorsque Pierre a été emprisonné, la première réponse de l’Église a été de ne pas se précipiter au palais du roi Hérode et de plaider pour sa libération, ni de demander aux tribunaux un appel. Au lieu de cela, leur première réponse a été de se rassembler pour la prière. L’église du premier siècle possédait une mentalité de « chercher d’abord ». Avant de s’inquiéter de ce qu’ils pouvaient faire, ils ont remis la question à Dieu pour voir ce qu’Il pouvait faire. Ils ont appliqué sincèrement les instructions de Paul sur la prière dans Philippiens 4:6, qui disent: « ne vous inquiétez de rien, mais en tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos demandes à Dieu. »Avant de s’inquiéter, avant d’essayer de résoudre les choses, ils ont prié.

La dévotion à la prière signifie que la prière est un état d’esprit discipliné.

La prière est souvent associée au temps tout au long de l’Écriture. Par exemple, dans Actes 3:1, nous apprenons que Pierre et Jean sont allés « au temple à l’heure de la prière, la neuvième heure » (c’est-à-dire 15h00) Dans Actes 10: 30, nous découvrons que Corneille a reçu sa vision angélique alors qu’il « priait chez lui à la neuvième heure. »Dans Actes 10:9, nous lisons que Pierre « monta sur le toit de la maison vers la sixième heure pour prier » (c’est-à-dire 12h00). Il convient également de noter que lorsque Jésus a enseigné aux disciples à prier, il a inclus la phrase « Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien » (Matthieu 6:11). Dans cette petite déclaration, Jésus a demandé à Ses disciples de faire de la prière une routine quotidienne sans leur dire directement de faire de la prière une routine quotidienne. Le fait que la prière soit présentée dans les Écritures comme une pratique habituelle indique qu’elle doit être considérée comme un exercice spirituel que nous intégrons intentionnellement dans notre horaire quotidien.

Mais la prière est également décrite dans les Écritures comme une activité constante, continuelle ou intemporelle. Par exemple, Corneille est décrit comme « un homme pieux qui craignait Dieu » et l’une des preuves de sa fidélité à Dieu était le fait qu’il « priait continuellement Dieu » (Actes 10:1, 2). Tout au long des lettres de Paul, il a demandé à ses lecteurs de « prier sans cesse » (1 Thessaloniciens 5:16), « d’être constants dans la prière » (Romains 12:12), « en tout temps » (Éphésiens 6:18) et « de continuer sérieusement dans la prière » (Colossiens 4:2). Le fait que la prière soit présentée dans les Écritures comme une activité continuelle indique que la prière devrait également être un état d’esprit vers lequel nous nous tournons instinctivement à un moment donné.

La dévotion à la prière signifie que la prière n’est pas considérée comme une entreprise sans conséquence.

En d’autres termes, l’église du premier siècle ne priait pas comme si elle pensait que ses prières n’avaient pas d’importance. Ils priaient avec la conviction que Dieu écoutait leurs demandes. Considérez l’occasion dans Actes 12:1-5 où Pierre a été emprisonné. L’église s’est réunie pour prier pour sa sécurité et sa libération. Vous devez vous rappeler qu’ils étaient dans un état de peur accru parce que Jacques a été exécuté peu de temps auparavant et que la popularité de sa mort parmi les Juifs avait poussé Hérode à poursuivre Pierre. Du point de vue de l’Église, c’était une possibilité réelle qu’ils perdent également Pierre, alors ils ont prié pour que Dieu intervienne. Ils ne pensaient pas que la question était trop grande pour que Dieu puisse la gérer et ne pensaient pas que la question était trop éloignée pour que Dieu puisse la traiter.

Nous comprenons la signification de prier pour que la volonté de Dieu soit faite comme Jésus l’a fait dans Luc 22:42. Nous reconnaissons que Dieu est plus sage que nous et mérite donc que Ses prérogatives priment. Mais ce n’est pas parce que nous savons que la volonté de Dieu prime que nous devons nous abstenir de demander. Rappelez-vous que tout au long du Nouveau Testament, la prière est présentée comme un privilège unique. Par exemple, Jésus a dit: « Demandez, et cela vous sera donnéFor Car tous ceux qui le demandent reçoivent » (Matthieu 7:7-8). Jean a écrit : « Si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous entend. Et si nous savons qu’il nous entend dans tout ce que nous demandons, nous savons que nous avons les demandes que nous lui avons demandées  » (1 Jean 5:15-16). Et Jacques a ajouté: « La prière efficace d’un homme juste peut accomplir beaucoup » (Jacques 5:16). Le point qui est fait dans tous ces passages est que la prière est puissante, non sans conséquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.